• Jonathan

Découverte des sous-vêtements pour homme SKU d'Inderwear

Suite à la découverte de SKU la marque de sous-vêtements pour hommes lancés par Inderwear, j'ai eu envie d'interviewer l'un des créateurs pour avoir plus d'informations sur sa vision de la lingerie masculine. Mais avant de te faire découvrir l'interview, voici mon avis sur cette nouvelle marque qui est plutôt sexy à prix très abordable.

C'est bien beau de faire une interview sur cette marque de sous-vêtements, mais encore faut-il les essayer ! Car je sais que ce qui est important pour toi c'est de savoir si popaul, la bête, la poutre ou encore la matraque en fonction du surnom que tu lui donnes... est confortable ! Et bien oui ! La matière est très souple, très douce. La coupe est plutôt sexy avec une taille basse bien marquée et une poche frontale qui met bien en avant ... le paquet. Amateur de jogging ...

 

Interview avec Yannick, fondateur des Dessous d'Apollon, Inderwear et SKU



Jonathan //

Bonjour Yannick, merci pour cette interview, lors de laquelle nous allons parler de sous-vêtements ! Avant cela, peux-tu te présenter ainsi que Les Dessous d’Apollon ?


Yannick //

Bonjour Jonathan. J’ai créé Les Dessous d'Apollon en 2005, d’abord dans un tout petit magasin de 16 m² au 17 Rue du Bourg Tibourg à Paris. Puis j’ai ouvert le magasin de Lyon, beaucoup plus grand, en 2008. C’est en 2009 que j’ai déménagé mon magasin de Paris du 17 au 15 Rue du Bourg Tibourg, puis en 2012 que j’ai ouvert le grand magasin que vous connaissez, 8 rue de Moussy, qui s’étend sur 300 m² sur deux niveaux, et qui en fait le plus grand magasin de ce genre en Europe, voire au monde.


Jonathan //

Comment t’est venue l’idée de créer SKU ?


Yannick //

C’est avec Sylvain Perrot, mon associé d’Inderwear, le site que nous avons lancé ensemble en 2010, que nous avons eu envie de créer notre propre marque. Avec toutes les marques que nous vendons depuis tout ce temps, il nous a semblé que nous étions parmi les mieux placés pour connaître les attentes de nos clients en termes de sous-vêtements et de maillots de bain.

Jonathan //

Peux-tu nous décrire comment se passe le processus de conception d’un produit SKU ? D’où vient l’idée des modèles par exemple ?


Yannick //

Ce sont nos clients qui nous guident. Comme je le disais, nous connaissons les attentes de nos clients, et espérons y répondre avec SKU.


Jonathan//

Comment décrirais-tu le style de SKU ? Quelles sont tes inspirations ?


Yannick //

SKU, c’est une gamme de sous-vêtements et de maillots de bain aux coupes confortables : la coque frontale est bien formée pour permettre un meilleur confort des « services 3 pièces », comme le sont les soutien-gorges pour les seins de femmes. D’ailleurs, SKU signifie à la base « stock keeping unit », car un sous-vêtement ou un maillot de bain doit être doté d’une unité de stockage confortable pour ce qu’on y dépose 😉


Jonathan //

As-tu un message à faire passer à travers SKU ?


Yannick // SKU se veut être une des marques de l’homme moderne, soucieux de son confort et de son apparence.


Jonathan //

Il y a-t-il un homme SKU ou des hommes SKU ?


Yannick //

Pas à nos yeux : tous les hommes peuvent porter des articles SKU, ils ne se sentiront que mieux dans leur peau.

Jonathan //

Les Dessous d’Apollon, à travers inderwear.com notamment, est un grand distributeur de sous-vêtements pour homme, mais n’est-ce pas risqué de lancer une marque face à des acteurs comme ES Collection, Aussiebum, Addicted, Andrew Christian ou encore Garçon Français pour citer une marque française ?


Yannick //

Il y a de la place pour tout le monde. Il y avait longtemps que nous n’avions pas eu de belle nouvelle marque de sous-vêtements à proposer à nos clients, et il nous a paru opportun de créer SKU pour apporter un vent de fraicheur qui permet de varier les plaisirs. Ceci dit, nous demeurons un tout petit acteur face à de grandes marques comme ADDICTED, ES Collection, Modus Vivendi, Andrew Christian, qui ont des catalogues de produits énormes.


Jonathan //

Comment SKU se différencie-t-elle d’ailleurs de ces autres acteurs ?


Yannick //

Nous tentons de la rendre plus abordable avec la promotion permanente « 50% sur le 2ème ». En effet, quand un client achète deux articles SKU, il a systématiquement 50% de remise sur le deuxième article de la marque.


Jonathan //

Pouvons-nous d’ailleurs la classer comme une marque Underwear ou vas-tu élargir la marque sur le dressing de l’homme en général ?


Yannick //

Nous l’avons déjà élargie au swimwear l’été dernier, et surtout cet été 2021 avec une gamme de slips, boxers et shorts de bain, déclinée en 3 couleurs. Et puis nous avons également été les premiers à créer le jean Push-Up pour hommes. Cette technicité consistant à doper le volume des fesses avec des jeans dotés de mousses était jusqu’alors réservée aux femmes. Nous avons rectifié le tir avec les jeans SKU, slim fit, qui ont la particularité d’avoir une poche intérieure sur chaque fesse, dans laquelle une mousse vient se glisser pour galber le volume des fesses. En noir, indigo ou navy, ces pantalons vont être déclinés en shorts dont la livraison est imminente.


Jonathan //

As-tu un best-seller dans votre collection SKU ?


Yannick // Un de nos best sellers du moment est le mini slip en coton Rose Vichy. Son côté layette plait énormément, lol !


Jonathan //

D’ailleurs, il y a-t-il une tendance actuellement dans les sous-vêtements ? Au niveau des coupes, des couleurs, des styles ?


Yannick // Les couleurs qui marchent sont toujours un peu les mêmes. L’avantage des Dessous d’Apollon et d’Inderwear, c’est d’en proposer beaucoup plus que dans les magasins traditionnels. Toutes les couleurs du rainbow sont présentes chez nous, et encore plus. Ce qui plait beaucoup depuis quelques mois, ce sont les couleurs fluo, qu’on trouve aussi bien dans les sous-vêtements que dans les maillots de bain. Et puis on assiste aussi à une remontée fulgurante des ventes de strings, qui talonnent désormais les ventes de jocks straps.


Jonathan //

Si tu devais choisir une égérie pour une campagne de pub, qui choisirais-tu ?


Yannick //

Sans hésiter : Camille Lacourt ! J’ai toujours eu un faible pour ce bel athlète aux beaux yeux.


Jonathan //

Pour revenir à l’Underwear, la communauté gay y accorde une grande importance, sans forcément parler du culte du corps. En tant que distributeur et fabricant, comment analyses-tu cela ?


Yannick //

Oui, c’est vrai. Les gays sont très attentifs à leur apparence : le sous-vêtement est très important, en partie parce que lors d’une rencontre avec un autre mec, c’est le vêtement qu’on retire en dernier, et qu’on remet en premier. Quand on le retire, ça peut être dans la pénombre, mais quand on le remet, c’est plus souvent dans la lumière, et alors mieux vaut avoir un joli slip, un joli boxer, un joli jock strap, ou un joli string !


Jonathan //

Peux-tu nous donner tes conseils pour bien choisir ses sous-vêtements ?


Yannick //

Venir chez Les Dessous d'Apollon ou appeler la hotline d’Inderwear.com où les vendeurs vous accueilleront pour vous conseiller au mieux.


Jonathan //

Il y a-t-il un « fashion faux-pas » en matière de sous-vêtement ? La faute de gout peut-elle arriver ?


Yannick //

Pour moi, l’essentiel est d’avoir un sous-vêtement propre et esthétique ! Ça peut paraitre évident, mais en France, on voit encore beaucoup de choses étranges… Et puis, il faut qu’il soit bien adapté à la morphologie de celui qui le porte. Inutile de croire qu’on va toujours rentrer dans du XS quand un Medium est plus adapté. Ce n’est pas l’étiquette de taille qui compte, c’est l’image que l’on renvoie aux autres, et aussi son propre confort.

 

Informations complémentaires concernant Inderwear


Site web : inderwear.com/

Retrouve-moi sur Youtube